Le premier enjeu de l’écoquartier est la bonne insertion du quartier dans son environnement, avec le moins d’impact.

Les grandes emprises industrielles laisseront la place à des bâtiments d’habitation de dimensions compatibles avec les bâtiments voisins ; les espaces extérieurs ne seront plus imperméables et les atouts du site seront révélés.

Pourquoi ne pas faire ressurgir l’eau qui coule à quelques mètres voir centimètres en sous-sol ?

Les eaux pluviales ne seront pas jetées dans les réseaux en les surchargeant. Elles pourront être récupérées pour l’arrosage, infiltrées dans le sol par des petits bassins et filets d’eau, des noues… c’est autant d’agréments tout en ne perturbant pas le milieu. En récupérant les eaux pluviales et en retrouvant l’eau qui circulait naturellement dans le sol, c’est un “quartier jardin” qui pourra voir le jour au plus grand bénéfice des habitants, des riverains et des habitants du Pays de Montbéliard, tout en déchargeant le réseau d’eaux pluviales. espaces_eau.bmp

Un écoquartier n’est pas fait pour seulement améliorer l’environnement. Il favorise un nouveau mode de vie, par exemple des déplacements piétonniers ou en vélo alternatifs à l’automobile.

Quelle place pour la voiture ?

Un écoquartier doit permettre aux futurs habitants de vivre sans la contrainte de la ou les voitures. Les modes de déplacement alterna-tifs à l’automobile seront favorisés : vélo, piétons, etc… Il est possible d’imaginer sur ce site un système de véhicule partagé qui permettra d’abandonner sa 2ème voire 3ème voiture. La gestion de ce véhicule partagé et les modalités exactes du matériel restent à élaborer, mais ce projet est réalisable dans le Pays de Montbéliard !
espaces_exterieurs.bmp

Moins de voitures c’est aussi moins d’espaces immobilisés et perdus pour leur stationnement et c’est aussi plus d’espaces verts ou de rencontres.

Les espaces de circulation seront restreints et ne produiront pas de nuisance. Il n’est plus question de créer des quartiers où le tout-voiture étouffe la vie sociale, empoisonne les relations de voisinage et pèse lourdement sur la facture énergétique.
Mais attention, tout le monde ne va pas partout ! Espaces privilégiés, communs à un immeuble, à un îlot, jardins privatifs, mails piétonniers, jardins d’ornements… des espaces seront différenciés selon les usages ; c’est aussi aux utilisateurs de défi nir la fonction de ces espaces qui leurs sont destinés. espaces_verts.bmp