Combien de nouveaux habitants cela fera-t’il ?

C’est un calcul difficile à faire : il dépend du nombre de pièces et de la taille des logements qui seront construits. Quoiqu’il apparaisse étonnant de calculer des habitants au dixième près, on compte habituellement 2,3 habitants par logement, ce qui correspon-rait à un peu plus de 400 personnes sur le quartier.
On ne peut pas dire pour autant qu’il s’agira de 400 nouveaux habitants de Vieux-Char-mont. Certains habitants peuvent venir de Grand Charmont, d’autres des communes ou départements voisins ou de beaucoup plus loin.

nouveaux_habitants.bmp

Est-ce qu’un écoquartier se construit n’importe où ? Au centre de l’agglo, au centre d’une ville ? A la place d’une friche industrielle ? En plein champs ? Le long des cours d’eau ?

Un écoquartier ne peut être construit loin des zones urbaines. Pour être bien desservi, il faut qu’il soit situé à proximité de réseaux de transports, d’infrastructures et d’équipements. Les lieux de renouvellement urbain, les friches en particulier sont des emplacements idéaux : c’est une forme de recyclage ! Mais attention, ceci ne rend pas l’opération d’aménagement plus facile à réaliser.

Comment sera perçu ce nouveau quartier innovant dans l’agglomération ? Comment l’intégration se fera-t-elle ? Est-ce un quartier monolithique avec une seule catégorie de personnes ?

L’un des objectifs fondamentaux de l’écoquartier est de favoriser la mixité sociale : l’idée est qu’un quartier mixte est un quartier durable. Pour cela, l’écoquartier offrira une grande diversité de logements : taille, type, public/privé, architecture...

Un quartier bien inséré dans son environnement est un quartier plus agréable !

D’autres écoquartiers sont en projet dans l’agglomération : anciennes friches industrielles, ferroviaires, creux dans l’urbanisation, sur des terrains à acquérir, ils sont tous différents les uns des autres. Echelonnés dans le temps, ils permettront la réalisation d’une partie des logements dont l’agglomération a besoin. Tous ces projets et futures réalisations permettent la construction de l’éco-agglomération.

territoire.bmp

Comment seront les logements qui verront le jour dans l’écoquartier ?

Ce seront des bâtiments économes en énergie ; actuellement les maisons des années 70 consomment entre 250 et 450 kw/m²/an. La réglementation nationale applicable dès 2013 pour les logements neufs imposera le respect d’un plafond de 65 kw/m²/an. Ces bâtiments appelés BBC (Bâtiments Basse Consommation) atteindront ces performances grâce à de gros efforts sur la technique, la construction et l’isolation des murs, toitures et fenêtres à double voire triple vitrage. Ces matériaux supplémentaires et technologies différentes mènent à un surcoût de construction compris entre 7 et 15%. Des dépenses supplémentaires dans un sens seront-elles compensées par des économies dans l’autre ? L’enjeu est là.

quels_logements.bmp

Les logements économes en énergie sont-ils tous les mêmes ?

Il faudra réussir à construire des logements agréables, économes et sains sans surcoût : la maison économe n’est ni un bloc ni une ferme franc-comtoise ! Pour tenir ces objectifs, les constructeurs se verront imposer des contraintes qui seront détaillées au moment de la commercialisation des terrains.

localisation_coupe.bmp